2- Le projet "Daedalus"

Le projet "Deadalus", "Dédale" en français, était à l'origine un projet mené de 1973 à 1978 par la British Interplanetary Society visant à concevoir une sonde interstellaire propulsée par la fusion thermonucléaire. Cependant, les scientifiques pensent que Deadalus pourrait emporter des humains à son bord pour des voyages interstellaires.

Représentation de Daedalus

Qu'est-ce que la fusion thermonucléaire ?

Un exemple de fusion thermonucléaire : la fusion du deutérium et du tritiumLa fusion thermonucléaire, est une réaction nucléaire provoquée où deux noyaux atomiques légers s’assemblent pour former un noyau plus lourd. Cette réaction est à l’œuvre de manière naturelle dans le Soleil et la plupart des étoiles de l'Univers. 

En quoi peut-elle servir de carburant ?

La fusion de noyaux légers dégage d’énormes quantités d’énergie, provenant de l’attraction entre les nucléons (protons et neutrons), qui pourraient servir à la propulsion d'un vaisseau. Daedalus pourrait utiliser des isotopes légers en guise de combustible, comme le deutérium, un isotope de l'hydrogène (noté D ou 2H) présent en grande quantités dans les océans.

Comment fonctionne le moteur de Daedalus ?

Schéma du premier étage de DaedalusDaedalus utilise plus précisément la fusion nucléaire à confinement inertiel. Il s'agit d'un procédé selon lequel le moteur utiliserait des pastilles d'un mélange d'isotopes légers tels que le deutérium (isotope de l'hydrogène) et l'hélium-3 qui, une fois chauffées et exposées à un faisceau d'électrons, vont engendrer de nombreuses réactions de fusion dont l'énergie dégagée servira à la propulsion du vaisseau. De cette réaction peut résulter l'apparition d'isotopes radioactifs, c'est notamment pour cela qu'elle est confinée dans "une chambre de réaction".

Daedalus est constitué de deux étages. Le premier est censé fonctionner à une vitesse de 0.071c avant de larguer le deuxième qui, bénéficiant de cet élan, pourra se déplacer à une vitesse d'environ 0.12c.

Voici une vidéo montrant le fonctionnement de Daedalus:

Voyage vers Gliese 581

Voyageant à une vitesse moyenne de 30 000 km.s-1, Daedalus pourrait atteindre Gliese 581 en près de 200 ans.

La vie à bord du vaisseau

Un voyage d'environ 200 ans est bien trop long pour la vie d'homme.

Une première solution consisterait en la succession de plusieurs générations de colons tout au long de la durée du voyage, mais on ne peut pas emporter une infinité de ressources à bord pour subvenir à "200 ans de besoins humains", notamment en ce qui concerne l'eau, le dioxygène et la nourriture.

Une seconde solution consisterait en la conservation des astronautes à basse température, c'est la cryonie. Cette méthode, en "endormant" ainsi les colons, permettrait de réduire considérablement les quantités de ressources à emporter, et de supprimer le problème de la durée du voyage. Toutefois, la cryonie comporte également des limites :

- lors de la congélation, l’eau contenue dans le cytoplasme des cellules se transforme en cristaux de glace qui endommagent la cellule.

- ces micro-cristaux de glace endommagent notamment les cellules du cerveau, c'est pourquoi on ne pourrait pas réveiller une personne en état de stase.

- les cryoconservateurs utilisés pour éviter l’endommagement des cellules sont très toxiques.

- la science ne permet pas aujourd'hui de cryoniser un être humain. Elle permet seulement de cryoniser de petits animaux ou des membres d'êtres vivants.

De plus, on ne connait pas, les effets d’un voyage de 200 ans dans l’espace sur des humains. La durée maximale d'un séjour dans l'espace d'un astronaute est de 803 jours. Il s'agit d'une mission en station spatiale. Un séjour de cette durée suffit à provoquer chez l'astronaute des effets à court terme tels que la désorientation ou des troubles digestifs bénins. L'adaptation humaine à l'espace et à l'absence de gravité lors de séjours prolongés de 200 ans poserait davantage de problèmes. En effet, en l'absence de gravité, on constate notamment une perte de la masse musculaire, l'apparition d'ostéoporose et une baisse de l'efficacité du système immunitaire. De même, l'expsition aux radiations cosmiques provoquerait de graves altérations de notre ADN et pourrait causer, à long terme, de graves conséquences telles que la cessité, ou pire encore, la mort.

Les limites du projet

Hormis les difficultés financières qu'implique la construction d'un tel vaisseau, le premier obstacle à ce projet est d'ordre énergétique. En effet, le deutérium, bien que présent en grandes quantités dans les océans, nécessite des méthodes très complexe pour en être extrait. Par conséquent, on se retrouve dans l'incapacité de stocker assez de carburant pour un voyage de 20.5 années lumières. De plus, pour atteindre Gliese 581, il faudrait 80 terawatts de puissance à Daedalus. Or, celle de notre civilisation toute entière se limite à 15 terawatts. De plus, la fusion thermonucléaire est un processus qui nécessite de très hautes températures, ce qui implique d'autre difficultés techniques.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site